Travaux de construction de la centrale hydro-électrique de Rusumo

« Le constat est clair, l’avancement est net »

Les travaux d’exécution du projet régional de construction de la centrale hydro-électrique de Rusumo falls arrivent à un niveau satisfaisant. Cela ressort de l’entretien que le ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza, a accordé aux médias après une rencontre en conseil des ministres avec ses homologues tanzanien et rwandais qui a eu lieu le vendredi 21 Juin 2019, dans la localité de Rusumo où s’effectuent lesdits travaux. Il s’est réjoui de l’étape déjà franchi et encourage l’équipe de pilotage à redoubler d’effort pour voir comment achever les travaux dans les délais. 

Trois ministres en charge de la question de l’électricité, du Burundi, de la Tanzanie et celui du Rwanda, se sont réunis en conseil des ministres  après une visite effectuée  sur le chantier afin de se rendre compte de l’état d’avancement de ces travaux. A la sortie de cette rencontre, le ministre Manirakiza a indiqué à la presse que cette réunion était pour évaluer l’état d’avancement des travaux de construction de la centrale hydro-électrique  de Rusumo. Selon lui, comparativement  au niveau d’avancement des travaux, lors de leur dernière réunion, les trois ministres se sont réjouis de leur état d’avancement. « Après la visite, le constat est clair, l’avancement est net. Donc, nous félicitons l’équipe qui est en train de piloter les travaux et nous l’encourageons pour qu’elle redouble d’efforts pour voir comment on peut achever les travaux dans les délais ». Trois ministres en charge de la question de l’électricité, du Burundi, de la Tanzanie et celui du Rwanda, se sont réunis en conseil des ministres  après une visite effectuée  sur le chantier afin de se rendre compte de l’état d’avancement de ces travaux. A la sortie de cette rencontre, le ministre Manirakiza a indiqué à la presse que cette réunion était pour évaluer l’état d’avancement des travaux de construction de la centrale hydro-électrique  de Rusumo. Selon lui, comparativement  au niveau d’avancement des travaux, lors de leur dernière réunion, les trois ministres se sont réjouis de leur état d’avancement. « Après la visite, le constat est clair, l’avancement est net. Donc, nous félicitons l’équipe qui est en train de piloter les travaux et nous l’encourageons pour qu’elle redouble d’efforts pour voir comment on peut achever les travaux dans les délais ». Parlant des défis, il a indiqué qu’après avoir fait le tour, ils se sont rendus compte que l’équipe a connu pas mal de problèmes. C’est notamment les problèmes en rapport avec la construction du tunnel où ils ont rencontré des roches très dures qui nécessitent beaucoup de travaux de dynamitage. Cela leur a empêché d’avancer comme il le fallait. Il a aussi souligné que le chef des travaux a démissionné pour des raisons personnelles. « On croyait en quelque sorte que cela pouvait perturber l’avancement des travaux mais ça n’a pas été le cas. Pour ainsi dire que nous félicitons l’équipe et nous lui demandons de    redoubler d’effort pour que les délais impartis à ces travaux soient respectés ».

La plus-value de ce projet à la population burundaise

D’après le ministre Manirakiza, il n’y a pas de développement sans énergie. « Alors nous faisons référence à la capacité aujourd’hui que connait notre pays pour fonctionner, dernièrement on comptait une affaire de quarante Mégawatt pour tout le pays. Aujourd’hui, on se réjouit quand même que nous sommes déjà à quatre vingt cinq Mégawatt dans tout le pays et nous avons des chantiers qui sont en cours de construction, dont celui de Rusumo qui a une capacité de quatre vingt Mégawatt qui seront partagés entre le Burundi, le Rwanda et la Tanzanie d’une façon équitable ». Selon lui, le Burundi compte alors environ vingt sept Mégawatt qui vont s’ajouter sur sa capacité actuelle. « Donc, on comprend très bien que si on augmente la capacité de production en électricité, c’est aussi augmenter la capacité de raccordement des abonnés dans le pays. Ce qui signifie le développement effectif du pays ». Quant au budget général pour la construction de cette centrale hydro-électrique de Rusumo, le ministre Manirakiza a indiqué que tout le projet va coûter quatre centsoixante-dix millions de dollars américains, soit neuf cent milliards de francs burundais.

Astère Nduwamungu, http://www.ppbdi.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :