Mobilisation régionale sur l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH

La 1ère dame du pays, Mme Denise Nkurunziza (photo), a présidé mardi le 18 juin 2019, au chef-lieu de la province Rumonge (sud-ouest du Burundi), un atelier de mobilisation des leaders administratifs et religieux, des responsables sanitaires des provinces de la région sud (Rumonge, Makamba, Rutana, Bururi et Mwaro) sur l’élimination de la Transmission mère-enfant du VIH, la prise en charge pédiatrique du VIH, la planification familiale, la prévention et la prise en charge de l’infertilité.

Dans son allocution, Mme Nkurunziza a déclaré que cet atelier, dont l’objectif est de susciter un changement de comportement de la population par rapport à ces différentes thématiques, s’inscrit dans la continuité de celui qui avait eu lieu l’année dernière pour les mêmes provinces pour une approche à mettre en œuvre dans l’éradication de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Cette 2ème rencontre voudrait ainsi susciter plus de détermination car les problématiques liés au planning familial et à l’infidélité sont préoccupants et s’inscrivent sur la liste des défis que rencontre la communauté de façon particulière et le pays en général.

Les envoyés du ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida ont exposé sur les conclusions des études réalisées sur la séroprévalence au VIH, l’état des lieux des grossesses et des IST chez les adolescents et jeunes au Burundi, ainsi que l’infertilité, notamment ses causes et sa prise en charge. La prévalence au VIH est de 1,2% à Rumonge, 0,6% à Bururi, 0,4% à Makamba et Mwaro, et 0,2% à Rutana, ont-ils indiqué.

Quant aux causes de l’infertilité, les études menées par le ministère en charge de la Santé publique ont démontré qu’elles peuvent être féminines ou masculines, a indiqué l’exposant, soulignant qu’il est possible de traiter l’infertilité, si elle est connue et traitée à temps et si les causes ne sont pas irréversibles.

Les gouverneurs des cinq provinces de la région sud se sont exprimés sur les approches qui sont appliquées dans leurs différentes entités afin d’appréhender les problématiques liés au VIH/Sida.

Parmi les principales recommandations de l’assistance, il a été demandé aux leaders religieux de s’engager sérieusement dans cette mobilisation. Les participants ont aussi suggéré que la mobilisation sur la thématique de l’infertilité soit incluse dans les thèmes de mobilisation du ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida.

La 1ère dame du Burundi a ainsi délivré un message sur les mesures à prendre pour que cette mobilisation sur l’éradication de la transmission mère-enfant, le planning familial, la prévention et la prise en charge de l’infertilité soit effective. L’administration doit mobiliser les leaders des différentes associations et coopératives qui sont implantées jusqu’au niveau collinaire afin que ces derniers sensibilisent à leur tour les membres de ces organisations. Les leaders religieux sont chargés de mobiliser leurs fidèles et faire appel aux médecins spécialistes pour des questions plus techniques. Les membres du corps de sécurité sont appelés à être de bons conseillers et à intervenir dans des situations de tensions familiales nées de ces problématiques. Quant aux parents, ils sont invités à renouer avec l’éducation de proximité de leurs enfants, qui sont des adultes de demain. Le souci étant d’informer et former leur progéniture pour des comportements responsables. Les journalistes sont appelés à vulgariser de tels messages dans leurs médias respectifs.

A la clôture des travaux de cet atelier, la province Rumonge a remis à la 1ère dame des cadeaux composés de vivres cultivés à Rumonge et des produits de pêche.

http://abpinfos.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :