Les médias sont demandés de "jouer un rôle positif" lors des élections générales de 2020

Le ministre burundais de la Communication et des Médias, Frédéric Nahimana, a recommandé mercredi aux médias de "jouer un rôle positif" notamment lors des prochaines élections générales burundaises prévues pour l'année 2020.

M. Nahimana a lancé cet appel à l'occasion d'une cérémonie de célébration de la Journée mondiale de la radio de 2019, organisée ce mercredi sous l'égide de l'Organisation des Nations unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) et plaçée sous le thème central libellé ainsi : "Dialogue, tolérance et paix".

Le ministre Nahimana a souligné qu'au cours du rendez-vous électoral attendu au Burundi en 2020, les médias doivent jouer un rôle "de collaboration, de facilitation, de critique et même de surveillance" afin de développer dans le pays une culture de dialogue, de tolérance et de paix.

"Les médias peuvent jouer un rôle de formation patriotique très important dans le pays. Les médias, en collaboration avec les autres instances de régulation et d'autorégulation, constituent une voie incontournable d'éducation, de formation de l'opinion et d'information de la population", a estimé le ministre.

M. Nahimana a fait remarquer que cette Journée mondiale de la radio de 2019 coïncide avec la naissance de nouvelles radios au Burundais, qui porte le nombre des stations radiophoniques fonctionnant sur le territoire burundais à 20.

"Malgré quelques problèmes, surtout d'ordre financièr, le développement de la radio au Burundi est une réalité", a-t-il insisté.

Le gouvernement du Burundi continuera à soutenir le développement de la radiodiffusion, a annoncé le ministre, avant de faire remarquer que cela transparaît dans la nouvelle loi régissant la presse au Burundi promulguée le 14 septembre 2018.

Le président et représentant légal de l'Association burundaise des Radiodiffuseurs (ABR), Onésime Harubuntu, a reconnu que les radios burundaises faisaient face à des "défis de moyens", en lançant un "appel vibrant" aux partenaires techniques et financiers, afin que ces derniers aident les radios à remplir leurs missions de "construction" d'un Etat démocratique et prospère.

Par rapport aux élections générales de 2020, M. Harubuntu a recommandé qu'il faille "rester vigilant", avant de laisser entendre que pendant les moments forts des processus électoraux au Burundi, il est arrivé que certaines radios "subissent des manipulations" politiciennes.

A ses yeux, l'organisation d'une ligne éditoriale commune en faveur de la tolérance et de la paix au Burundi, notamment via la "synergie burundaise des médias" qui a déjà fait ses preuves au cours des précédentes élections démocratiques tenues en 2005, en 2010 et en 2015, reste une bonne balise de référence sur le plan professionnel et contribuera à la construction d'une "force de résistance contre les manipulations en tout genre". 

French.china.org.cn |  le 14-02-2019

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :