Les exportateurs de café doivent retourner à la Banque Centrale les devises qui en sont issues

Le chef de l'Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a donné vendredi un ultimatum de trois mois ferme aux exportateurs de café qui ne retournent pas à la Banque de la République du Burundi (BRB) les devises issues de l'exportation du café.

Cela a été dit au cours d'une réunion que le président Pierre Nkurunziza a organisée à Majombe dans la province de Bujumbura à l'intention des intervenants dans la filière café.

"La recommandation du chef de l'Etat a été que désormais on donne trois mois à ces commerçants pour qu'ils retournent à la BRB les devises issues de l'exportation du café parce qu'apparemment ils ne savent pas que la café appartient à l'Etat et que les devises reviennent encore une fois à l'Etat pour des projets de développement liés aux importations", a expliqué aux medias Diomède Nzeyimana, le porte-parole adjoint du président de la République, à l'issue de la réunion qui a eu lieu à huis clos.

Il a fait savoir que sur les 70 millions de dollars qui devraient être retournés, seulement 47 millions ont été rapatriés à la BRB.

Le même ultimatum a été donné aux mêmes commerçants qui ne paient pas l'argent aux caféiculteurs alors que ces derniers fournissent beaucoup d'efforts pour produire du café de qualité très prisé sur le marché international.

"Les trois mois, c'est pour que l'on termine avec ce processus de payer les caféiculteurs et de retourner à la BRB les devises", a expliqué davantage M. Nzeyimana qui a ajouté que non seulement ils doivent respecter cette période de trois mois, mais aussi qu'ils doivent cesser de ternir l'image du gouvernement et de la filière.

Le café est la principale culture d'exportation depuis belle lurette au Burundi devant le thé.

French.china.org.cn |  le 23-11-2018

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :