La consolidation de la paix contribue à l'amélioration des affaires au sein des entreprises depuis 2017

Le Burundi connaît une amélioration des affaires au sein des entreprises industrielles et commerciales depuis 2017, grâce à la consolidation de la paix et de la sécurité, a déclaré vendredi à Bujumbura Nicolas Ndayishimiye, directeur général de l'Institut de statistiques et d'études économiques du Burundi (ISTEEBU).

Initialement créé le 23 février 1990 et revue par un décret présidentiel du 18 mars 2008 en complément de la loi statistique de 2007, l'ISTEEBU est le service officiel du gouvernement burundais placé sous la tutelle directe du ministre des Finances, du Budget et de la Coopération au développement économique.

En marge d'une cérémonie d'ouverture des résultats de l'enquête nationale de structure auprès des entreprises industrielles, commerciales et d'autres services du secteur formel au Burundi pour l'édition 2017, M. Ndayishimiye a déclaré à Xinhua que l'ISTEEBU a constaté une "tendance à la hausse de certains indicateurs" économiques au niveau des entreprises burundaises pour l'année 2017 par rapport à la situation de 2016.

Sur la question de savoir les principaux facteurs ayant contribué à l'amélioration du climat des affaires au sein des entreprises burundaises, M. Ndayishimiye a souligné que cette évolution "positive" des principaux indicateurs macroéconomiques est due à la reprise des activités économiques en 2016 au Burundi.

Actuellement, les données à la disposition de l'ISTEEBU montrent que le taux de croissance pourrait osciller autour de 3% en 2017, a-t-il ajouté.

"En y regardant de près, on découvre en effet qu'on est en face d'une reprise des activités économiques au Burundi au égard à la sécurité prévalant au pays, d'où les anciennes entreprises ont repris progressivement leurs affaires alors que d'autres nouvellement installées au Burundi sont en train de les emboîter le pas", a-t-il fait remarquer.

Le recouvrement de la paix et de la sécurité dans le pays trois ans après la crise électorale de 2015, a-t-il insisté, a favorisé l'éclosion de la croissance économique au sein des entreprises burundaises, industrielles et commerciales en l'occurrence.

En effet, les experts de l'ISTEEBU ont relevé qu'en comparaison avec la période antérieure de crise de 2015, la reprise des activités économiques au niveau des entreprises opérant dans le secteur tertiaire, est "meilleure" que celles opérant dans le secteur primaire (agriculture, etc.), a-t-il expliqué.

Au palmarès de ces entreprises relevant du secteur tertiaire "en train d'avancer", M. Ndayishimiye a cité les entreprises hôtelières, les établissements bancaires, les sociétés d'assurance et celles de transport. 

French.china.org.cn |  le 17-11-2018

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :