Transport en commun dans les nouveaux quartiers

Un casse-tête pour certains

Dans les nouveaux quartiers, le déplacement est un casse-tête puisqu’ il n’y a pas de bus  destinés à assurer le transport en commun.  Pour se déplacer,  on est obligé  de prendre une moto ou un taxi vélo afin d’arriver sur le parking.  

Dans les nouveaux quartiers, le déplacement est un casse-tête pour les personnes n’ayant pas de véhicules puisqu’il n’y a pas de bus  destinés à assurer le transport en commun. Ce qui fait que pour se déplacer,  on est obligé  de prendre une moto ou un taxi vélo afin d’ arriver là où on peut trouver le bus. Cette situation crée du stress pour les fonctionnaires et les élèves qui doivent se rendre chaque jour au  lieu du travail ou à l’école. Mais on constate que certains  parents dont les enfants fréquentent la même école se mettent ensemble afin de chercher un bus qui va toujours  assurer le tranport des élèves.  Il en est de même pour certaines écoles,  surtout privées, qui affectent des bus dans ces quartiers pour le déplacement de leurs élèves. 

Dans un entretien avec un fonctionnaire qui habite le quartier Gihosha rural, ce dernier souligne que pour éviter d’arriver à son lieu de travail avec retard, il est obligé de se réveiller très tôt le matin afin de se rendre au parking de Gihosha pour trouver un bus. Une autre interlocutrice indique que, comme il lui est difficile de se réveiller très tôt,  elle est obligée de prendre un taxi vélo ou une moto pour arriver au parking afin d’éviter d’être en retard à son travail.  Ce qui lui coûte très cher. « Je suis obligée de prendre une moto ou un taxi vélo selon les moyens dont je dispose pour aller chercher un bus au parking de Gihosha. Mais ce qui est très choquant est que quelquefois, je trouve de longues files d’attente sur les parkings, ce qui provoque en conséquence des retards inattendus sur le lieu de travail. Car le matin, il se pose un problème de bus dans le quartier».  Ces interlocuteurs demandent aux autorités concernées d’affecter les bus dans ces lieux afin de faciliter le déplacement des fonctionnaires, élèves et autres passagers. 

Emelyne Iradukunda, http://www.ppbdi.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :