L’Eglise vivante de Jésus-Christ dotée de nouveaux dirigeants controversés

L’Eglise Vivante de Jésus-Christ au Burundi vient d’être dotée de nouveaux organes dirigeants. Certains chrétiens disent avoir participé aux élections uniquement pour protéger les intérêts de leur Eglise. Ces fidèles dénoncent la mainmise de Bujumbura dans l’organisation de ladite Eglise.

Le déroulement des élections de ces nouveaux dirigeants a eu lieu ce mardi dans les enceintes de l’hôtel Source du Nil de 9 heures jusqu’à 16 heures. Certains chrétiens de l’Eglise Vivante de Jésus-Christ accusent les pasteurs Térence MPANUWANKA et Arthémon SIMBANANIYE d’avoir organisé des élections sans informer les autres chrétiens. Mais ces derniers l’ont su et se sont pointés à l’hôtel Source du Nil où se déroulaient lesdites élections.

Les chrétiens qui condamnent ce qui se passe ajoutent que quand ils les ont aperçus, ils ont essayé de leur interdire d’entrer à l’intérieur de l’hôtel mais en vain car ils étaient venus en grand nombre. De leur côté, Térence MPANUWANKA et Arthémon SIMBANANIYE avaient rassemblé plusieurs chrétiens pour venir élire les nouveaux organes de cette église. Ils indiquent que cette activité avait été préparée sans que les anciens de l’église  soient informés.

Après de longues disputes, les deux groupes ont réussi à s’asseoir ensemble pour élire ces nouveaux dirigeants. Selon nos sources, l’un des anciens de l’église a d’abord tenu à rappeler devant l’assemblée le rôle joué par Térence MPANUWANKA dans la déstabilisation des activités de cette église.

A la fin des élections, la représentation légale de l’église Vivante de Jésus-Christ a été confiée au groupe des chrétiens qui sont pour l’ancienne représentation tandis qu’un représentant suppléant de l’église ainsi que le secrétaire ont été élus dans le camp de Térence et SIMBANANIYE.

Certains chrétiens de l’église vivante de Jésus-Christ font savoir qu’il leur sera difficile de s’habituer à travailler avec des personnes qui sont des instruments du gouvernement plutôt que des serviteurs de Dieu. Et là, ils donnent l’exemple du représentant suppléant élu, nommé Jérôme NIBONA qui est parmi les dirigeants du parti CNDD-FDD dans la province Makamba. Ce dernier a beaucoup travaillé avec Térence MPANUWANKA, lui aussi proche du pouvoir. Les deux, aidés par le ministre de l’intérieur Pascal BARANDAGIYE, ont fait que les élections se déroulent à la va vite.

Interrogés à propos de ces nouveaux organes, les chrétiens disent : « C’est vraiment difficile, il y a des cœurs blessés suite à des mots proférés et des actes ignobles commis. Il est nécessaire qu’il y ait une réconciliation spirituelle. Les chrétiens doivent se parler et se dire la vérité. Ils devraient d’abord demander pardon à notre représentant légal. La vraie réconciliation prendra du temps. C’est difficile d’oindre une personne qui ne s’est pas lavée et pleine des saletés. »

Contacté sur ce sujet, Térence MPANUWANKA s’est réservé de tout commentaire. Parmi les personnes venues superviser ces élections se trouvait Térence NTAHIRAJA, assistant du ministre de l’intérieur. Notons que ceux qui suivent de près ce qui se passe dans les différentes églises disent que le gouvernement du Burundi n’a d’autre objectif que de détruire les structures des églises afin d’y placer des dirigeants qui leur sont dévoués d’une part et pour rabaisser ceux qui ne veulent pas être sous les ordres du pouvoir d’autre part afin d’avoir des dirigeants des églises qui vont collaborer avec le parti au pouvoir pour les élections de 2020.

jeudi, 30 août 2018 07:37, https://www.rpa.bi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :