Le MAE du Burundi rencontre son Homologue du Togo à la 107ème session du Conseil des Ministres ACP à Lomé

Le Ministre des Affaires étrangères du Burundi rencontre son Homologue du Togo à la 107ème session du Conseil des Ministres ACP à Lomé

Le Ministre burundais des Affaires étrangères, Honorable Ambassadeur Ezéchiel NIBIGIRA, participe actuellement à la 107ème session du Conseil des Ministres ACP et à la 43ème  session du Conseil des Ministres ACP-UE du 27 mai au 1er juin 2018 à Lomé au Togo.

En marge de ces travaux, il a été reçu ce 28 mai 2018 par son Homologue togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’intégration africaine, le Professeur Robert DUSSEY.

Au cours de cette rencontre, le Ministre burundais a exposé à son homologue, les derniers développements de la situation au Burundi. Il l’a informé de la tenue du Referendum constitutionnel du 17 mai 2018 qui s’est déroulé dans le calme et la sécurité totale sur toute l’étendue du pays. Le taux de participation était de 96% et le oui l’a emporté à 73 %.

L’étape suivante est la mise en application de ce choix de la majorité du peuple burundais.

Malheureusement, il y a encore certains de nos partenaires européens qui font une lecture fausse et irréaliste de la situation au Burundi. Certains de ces détracteurs vont jusqu’à dire publiquement que ce Referendum était prématuré et que l’amendement de la Constitution va exclure la minorité ethnique tutsi alors que parmi ceux qui ont voté pour cet amendement, on trouve des Burundais de toutes les ethnies. Les quotas de l’Accord d’Arusha restent inchangés.

Le Ministre Ezéchiel NIBIGIRA a demandé le soutien du Togo comme lors d’une session de l’Assemblée Parlementaire Paritaire précédente au cours de laquelle la Représentante du Togo a défendu le Burundi.

Le Ministre Robert DUSSEY du Togo a répondu que les deux pays sont liés par l’histoire en tant qu’anciennes colonies allemandes. La politique étrangère du Togo est de soutenir tout pays africain en difficulté, car ce qui se passe au Burundi aujourd’hui peut se passer demain dans un autre pays africain. Les Européens, quoique partenaires, n’ont aucun mandat de nous dicter ce que nous avons à faire, notamment les dates les plus propices (selon eux) pour la tenue de nos scrutins et nous les Africains, nous ne devons pas les laisser faire. Le Togo va aider le Burundi de sortir de la crise.

Les deux Ministres ont aussi échangé sur les possibilités d’une coopération bilatérale et des domaines de coopération technique sud-sud ont été évoqués.

                                                                              Eric BIZOKUNDA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :