Le chef de l’Etat visite l’usine TLLINNO de fabrication d’ampoules et de câbles électriques

Le chef de l’Etat burundais, M. Pierre Nkurunziza (photo : avec casquette orange),  a visité ce lundi à Bujumbura, l’usine TLLINNO, spécialisée en fabrication d’ampoules, de câbles électriques, de poteaux et autre matériel électrique, pour se rendre compte de son état d’implantation. Inaugurée le 29 mars dernier, TLLINNO (Tanganyika Lisma Lighting Innovation) est une entreprise dont la Russie est actionnaire majoritaire et compte aussi des entrepreneurs privés et l’Etat burundais, à travers la REGIDESO (Régie de production et de distribution de l’eau et de l’électricité).

Selon la programmation fournie par l’entreprise, TLLINNO qui fait pour le moment l’assemblage, fabriquera sur la période 2018-2026 du matériel électrique représentant 15% des production d’éclairage publique, des ampoules et tubes LED économique (20%), des bouteilles et produits en verre (35%) et des produits  luminaires et solaires (15%). Au niveau des produits luminaires et solaires (plaques solaires, projecteurs, ampoules et tubes), il est prévu la production de 250 000 pièces pour la période 2018, 750 000 pièces pour l’année 2019 et un million en 2020. Sur la période 2018-2019, il est prévu la production des ampoules de 4 watts (W), 5 W, 6 W et 9 W et des tubes LED économique de 12 W. L’entreprise envisage aussi de produire des poteaux en béton de transport de l’électricité pour les lignes de transmission de l’électricité et le montage des transformateurs sur place.

Selon M. Côme Manirakiza, ministre burundais de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines qui accompagnait le président Nkurunziza dans cette visite, l’implantation de la société au Burundi a une grande importance pour le Burundi, dans la mesure où le pays ne va plus sortir des devises pour importer ce matériel électrique dont les ampoules et les tubes de faible consommation. Ces devises seront affectées à l’importation d’autres produits. Les poteaux en béton qui seront produits dureront plus longtemps (plus de 50 ans) au moment où les poteaux en bois utilisés aujourd’hui au Burundi ne sont pas solides et causent même beaucoup de pannes électriques.

Pour la verrerie qui commencera à fonctionner en 2020, la matière première qui est le sable est disponible. L’usine, abritée dans les anciens bâtiments de la VERRUNDI (Ex-Verrerie du Burundi) n’utilisera pas son matériel et équipement actuellement dépassé. Le ministre Manirakiza a dit que TLLINNO va implanter sa propre technologie. L’un des principaux défis soulevé est l’insuffisance de l’électricité. Mais le ministre en charge de l’énergie a répondu que le pays se prépare pour fournir de l’électricité suffisante à cette usine.

BUJUMBURA, 23 avr (ABP)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :