L'UPRONA invite ses militants à voter "oui" au référendum constitutionnel

Le deuxième parti politique au pouvoir au Burundi a invité ses militants à voter "oui" au référendum constitutionnel du 17 mai prochain, a annoncé samedi à Bujumbura son président Abel Gashatsi.

M. Gashatsi, président de l'Union pour le Progrès National (UPRONA), a indiqué qu'en cas de victoire du vote "oui" au référendum constitutionnel, le Burundi se doterait d'une nouvelle Constitution, qui remplacera celle qui est en vigueur depuis 2005 et dont l'une des innovations fondamentales sera l'adhésion au calendrier bugdétaire en vogue au sein de l'espace régional couvert par la Communauté Est-Africaine (CEA).

La CEA regroupe à présent six Etats membres dont le Burundi, le Kenya, l'Ouganda, le Rwanda, ke Soudan du Sud et la Tanzanie.

M. Gashatsi a ajouté que l'essentiel des "grandes idées" de l'UPRONA pour le projet de Constitution ont été acceptées. Il s'agit de l'esprit de l'Accord d'Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi (AAPRB).

Signé le 28 aôut 2000 à Arusha entre les protagonistes politiques burundais d'alors sous l'égide d'une facilitation internationale pilotée par l'ancien président sud-africain Nelson Mandela et avec un parrainage politique de la CEA, de l'Union Africaine (UA) et de l'Organisation des Nations Unies (ONU), l'AAPRB est un pacte politique interburundais pour le partage du pouvoir politico-militaire matérialisé par l'institution des quotas ethniques de 60% hutu-40% tutsi pour les hautes responsabilités dans l'administration publique et une parité ethnique de 50% hutu-50% tutsi dans l'armée et la police.

Le président burundais Pierre Nkurunziza a déjà signé un décret appelant ses compatriotes en âge de voter au prochain référendum constitutionnel.

French.china.org.cn | le 22-04-2018

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :