Séance de moralisation par le chef de l’Etat en commune Ntahangwa

Il invite la population à former des familles fortes qui connaissent d’où vient le pays et où il va

Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a animé le lundi 19 mars 2018, une séance de moralisation à l’intention de la population de la commune Ntahangwa dans la municipalité de Bujumbura. Les natifs de cette commune avaient été conviés à cette séance. Il a invité tout un chacun à faire en sorte que les générations actuelles combattent pour leur pays comme l’ont fait leurs ancêtres. 

A la sortie de ces enseignements, le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, Alain Diomède Nzeyimana, a fait savoir que le chef de l’Etat a débuté ses enseignements par féliciter les natifs de la commune Ntahangwa pour les efforts qu’ils ont fournis dans le rétablissement de la paix et de la sécurité ; la mise en place des coopératives dans les différentes zones de cette commune  ainsi que pour la place qu’ils occupent dans l’enrôlement des électeurs pour l’élection référendaire prévu pour le mois de mai de cette année et les élections générales de 2020. 

Combattre pour le respect du pays

Concernant la moralisation de la société, M. Nzeyimana a indiqué que le chef de l’Etat a d’abord revisité les chapitres qu’il avait enseignés lors de la précédente visite qu’il a effectuée dans cette commune. Il a ainsi fait remarquer que ce pays est né de la guerre parce que Ntare Rushatsi Cambarantama et tous les rois qui lui ont succédé ont beaucoup combattu pour ce pays. D’où, le chef de l’Etat a invité tout un chacun à faire en sorte que les générations actuelles combattent pour leur pays comme l’ont fait leur ancêtres pour que le Burundi puisse continuer à être respecté tout en les faisant comprendre que ce combat soit pour les générations futures et non pas pour eux-mêmes. Parlant du changement, le président de la République a insisté sur le changement de soi-même et le changement de la société. Il a énuméré certains points sur lesquels il faut être vigilant dont celui concernant l’information parce que quand on regarde ce qui se dit sur les réseaux sociaux, si on ne fait pas attention, il y a risque de tomber dans le piège. C’est, entre autres aussi le point en rapport avec les gens qui prêchent la parole de Dieu mais dans un sens négatif. Selon lui, il y a des prêtres ou des pasteurs qui au lieu de combattre pour les familles, prêchent plutôt pour leur destruction. Le chef de l’Etat, a invité la population à avoir des familles fortes qui connaissent exactement d’où vient le pays, là où il va et surtout faire de la famille élargie la fondation de ce pays. 

Coup de chapeau pour la population citadineSelon toujours le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, peu avant les enseignements du président de la République, son porte-parole, Jean Claude Karerwa, a eu l’occasion d’enseigner  sur la culture, les mœurs et la tradition du Burundi. Il a fait remarquer que dans le passé les habitants de la ville de Bujumbura avaient pris le chemin de suivre ou de copier les cultures des autres pays mais qu’à partir des années 2000 ils ont changé. La preuve en est qu’il y a des groupes de tambourinaires, de danseurs, etc, qui font réapparaître la langue nationale. Tout en faisant remarquer qu’il y a encore beaucoup à faire, il a invité les citadins à faire tout leur possible pour que le Kirundi soit une fondation dans la capitale afin que même les étrangers qui visitent la ville de Bujumbura remarquent  que c’est un pays qui est différent des autres, un pays qui est respecté dans le concert des nations.

Astère Nduwamungu, http://www.ppbdi.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :