Rencontre de la Première dame du pays avec les femmes musulmanes

Pour une mobilisation sur le leadership, la sagesse et la santé de la reproduction

La Première dame de la République du Burundi, Denise Nkurunziza a rencontré, le mardi 27 mars 2018, les femmes musulmanes ressortissantes des différentes communes urbaines de la municipalité de Bujumbura et ses périphéries, dans une séance de mobilisation sur le leadership, la sagesse et la santé de la reproduction. C’était aussi une meilleure occasion de leur rappeler la valeur d’une femme dans sa famille et son entourage.

Dans son mot d’accueil, Freddy Mbonimpa, maire de la ville de Bujumbura, a d’abord remercié la Première dame du pays pour cette rencontre  effectuée avec les femmes musulmanes de Bujumbura et ses périphéries. M. Mbonimpa a indiqué que l’organisation de cette séance de mobilisation à l’intention des femmes musulmanes vient au moment opportun, étant donné qu’elle est organisée pendant  une période sainte du Ramadhan.        « C’est une meilleure occasion de renforcer leur croyance à travers les divers enseignements pendant cette période dite sainte pour elles », a-t-il précisé. Il  a terminé en remerciant très vivement la Première Dame du pays d’avoir pensé à organiser ce dialogue avec les femmes  musulmanes pour la première fois dans l’histoire de notre pays. 

Une femme leader doit connaître sa valeur dans  la sociétéDans ses enseignements, Mme Nkurunziza a d’abord indiqué que l’objectif de cette séance est  de faire connaitre et de rappeler  à toutes les femmes leur valeur, que ce soit dans leurs familles ou leur entourage, ainsi que sa part dans le développement de notre société. Selon Mme Nkurunziza, l’autre qualité d’une femme  leader est d’avoir un esprit de sagesse, d’aide parce que, actuellement, il y a des femmes qui n’acceptent même pas d’accueillir les invités. Et  cela bloque directement vos bénédictions.  « Il faut aider les veuves et les veufs et d’autres personnes qui sont dans différentes difficultés de la vie, car Dieu nous donnera la récompense de ce que nous auront fait à nos proches », a signalé Mme Nkurunziza. Pour faciliter le commerce qui est une activité principale pour les femmes musulmanes, elle les a incitées à étudier les langues qui pourront les aider dans l’échange des marchandises avec les autres commerçants des différents pays mais, surtout, d’éviter les fraudes en payant les impôts et taxes afin de contribuer dans le développement du pays. 

La  politique du planning familial doit être comprise par tous

Pour ce qui est de la santé de la reproduction,  Mme Nkurunziza a informé qu’actuellement la sexualité est devenue comme une coutume débridée  pour la population de différentes couches sociales. « Alors pour nous les femmes, nous sommes les principales responsables de nos familles et surtout de nos enfants. Donc, il faut arrêter  cette mauvaise pratique dans les meilleurs délais, car cela  entraîne beaucoup de maladies comme le cancer du col de l’utérus et d’autres », a beaucoup insisté l’épouse du chef de l’Etat. Quant aux  femmes musulmanes qui ont demandé au ministère  ayant la santé dans ses attributions de renforcer  les séances de sensibilisation à leur intention sur cette pratique, la ministre de tutelle les a promis qu’elle va bientôt organiser une formation des formateurs pour que toutes les femmes puissent prochainement en bénéficier .

« S’occuper de l’éducation de vos enfants»Dans la poursuite de ses enseignements, Mme Nkurunziza est également revenue sur le rôle de la femme  dans la gestion de l’éducation de ses enfants. Et pour donner une bonne éducation  à nos enfants, elle a dit que toutes les femmes doivent opérer un changement de comportement que soit au niveau de leur habillement, etc.  « Alors, il faut qu’une femme leader s’occupe de l’éducation de ses enfants en les incitant à adopter de bons comportements parce qu’une mauvaise éducation de vos enfants incombe à leurs parents et plus précisément à la femme », a précisé Mme Nkurunziza. Elle a en plus ajouté qu’il faut éloigner les enfants de la division ethnique parce que, dans ces derniers jours, la division a fait partie de principales causes des différentes crises qui sont survenues dans notre pays. Signalons qu’à la fin de cette séance, les femmes musulmanes ont donné une vache à l’épouse du chef de l’Etat, une vache qu’elles sont survenues « Rukundo », du fait que c’est la première fois  dans l’histoire du  Burundi qu’une épouse du président de la Répupublique organise une telle rencontre avec les femmes musulmanes.

AVIT NDAYIRAGIJE, http://www.ppbdi.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :