Point de presse de la FDNB portant sur le recrutement

Le recrutement des candidats militaires de rang et des sous-officiers avance sans entrave majeure

Le porte-parole de la Force de la défense nationale du Burundi (FDNB), Colonel Floribert Biyereke, a tenu, le lundi 12 mars 2018, un point de presse au cours duquel, il a indiqué que le recrutement des militaires de rang et des sous-officiers avance sans entrave majeure.

Dans son mot liminaire, le Colonel Biyereke a rappelé que le recrutement des candidats militaires de rang a commencé le 26 février 2018 et qu’il sera clôturé le 16 mars 2018. En date du 9 mars 2018, 8 174 candidats militaires de rang avaient déjà pris leur inscription. Donc pour les candidats militaires de rang, l’opération d’inscription avance normalement.S’agissant des sous-officiers, a-t-il dit, les inscriptions ont commencé le 5 mars 2018 et se termineront le 23 mars 2018. Du 5 au 9 mars 2018, seuls 248 candidats sous officiers s’étaient fait inscrire. Selon lui, il apparaît nettement que le rythme d’inscription des candidats sous-officiers est en dessous des attentes de la FDNB.Le Colonel Biyereke a, par ailleurs, souligné que, selon les informations en provenance des centres d’inscription,  les candidats sous-officiers rencontrent des difficultés pour obtenir un extrait du casier judiciaire, ce qui ralentit le rythme des inscriptions. Pour remédier à cette situation, le commandement de la FDNB a décidé de suspendre l’obligation de présenter l’extrait de casier judiciaire parmi les pièces constitutives du dossier. Le Commandement s’engage à aider les candidats sous-officiers à s’en procurer quand ils seront dans les centres d’instruction.Il a, toutefois précisé que les candidats sous-officiers, pour lesquels l’extrait du casier judiciaire fera apparaître qu’ils ont été condamnés ou qu’ils ont affaire avec la justice, seront exclus.

Le processus d’équilibre au sein de la FDNB a été déclenché et va se poursuivre

Le porte-parole de la FDNB a répondu aux questions des journalistes notamment sur l’inscription des filles, les équilibres ethniques, la marginalisation des Batwa,….Les chiffres des inscriptions à leur disposition, a-t-il dit, font état de 8 174 candidats militaires de rang inscrits et, parmi eux, on dénombre 662 filles et dans la catégorie des sous-officiers on a enregistré 248 inscrits et les filles sont au nombre de 18. A la lumière de ces résultats, il est évident que les filles ne répondent pas comme on pouvait s’y attendre. Il a pour cela lancé un appel à l’administration, aux congrégations religieuses et à toute personne qui a la capacité d’influencer, d’aider la FDNB à faire comprendre aux filles que cette institution appartient à tous les Burundais.S’agissant du recrutement des candidats militaires, colonel Biyereke a dit que l’Accord de paix d’Arusha a consacré les équilibres au sein de la Force de la Défense nationale du Burundi. Mais, faire en sorte qu’il y ait 50% des Hutus et 50% des Tutsi est un objectif à atteindre et pour y arriver, il y a des actions qui doivent être menées. C’est pour cette raison que l’on doit tenir compte des proportions présentes afin de pouvoir corriger ce qui doit l’être. Le processus d’équilibre a été déclenché depuis l’année passé, le mécanisme est à l’œuvre et va se poursuivre.Concernant le groupe des Batwa que certaines personnes disent être marginalisé; il ne croit pas que ce groupe soit marginalisé car depuis un certain temps, la politique nationale a initié des mécanismes d’inclusion. Selon lui, si les Batwa se présentent aux inscriptions comme tout le monde, s’ils remplissent les conditions, ils seront reçus.

Kazadi Mwilambwe, http://www.ppbdi.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :